Actualités

 Isabeau COURDURIER rejoint PERFOPTIMAL!

22 novembre 2018

Après 7 années passées auprès de Laurent Sollier avec lequel Isabeau a réalisé de très grandes performances, il était temps pour elle de changement.

Non pas que le travail accomplit n'était pas bon, juste parce que cela est souvent nécessaire dans la vie d'un athlète de haut niveau. Après 3 titres de vice-championne des Enduro World Series, Isabeau est plus que motivé pour sortir de sa zone de confort et aller chercher la plus haute marche du podium qui n'attend plus qu'elle.

32420292 767161720141028 4843146629257101312 n

Au programme, beaucoup de changement et du travail!

LET'S GO MISS!!!

5ef9cdcfec2fcb0bfd55a8da8e2df972 o 151929919267

 

 

Mattéo INIGUEZ et Marine CABIROU sélectionnés en Equipe de France

29 août 2018

Mattéo Iniguez et Marine Cabirou sont tout deux sélectionnés en Equipe de France pour les prochains Championnats du Monde de DH à Lenzerheide (Suisse). Une concrétisation pour finir la saison 2018 en beauté!

40178395 1930759476984669 363396560144302080 n

39173219 1283500738458974 9104213245878599680 o

 

14 juillet 2018

Mon tour du Mont Blanc à VTT

Tout a commencé en juin 2016 lorsque j'ai vu François D'Haene battre le record du GR20. A ce moment là je me suis dit: "pourquoi ne pas faire ça en VTT?" Du coup j'en ai parlé à Damien Rosso (Photographe pour François et Killian Jornet), et nous nous sommes lancé dans le projet.

L'idée de faire une première en VTT sur le GR20 a vite été abandonné car inaccessible. Du coup il a fallu chercher un "vrai" parcours de VTT de montagne qui parlerait à tout le monde, et le Tour du Mont Blanc nous est apparu comme une évidence.

Le Parcours:

Le choix définitif du parcours ainsi que son sens ont été fait après une reconnaissance en août dernier. Nous avons donc décidé de le faire dans le sens horaire et en empruntant le tracé du TMB. Ce qui donne un départ de l'église de Chamonix, remontée de la vallée vers l'Argentière par les chemins, Le Tour, Col de Balme, Trient, Col de la Forclaz, Bovine, Plan de l'Au, Champex, Praz de fort, La Fouly, Grand Col Ferret, Arnuva, Refuge Bonnati, Refuge Bertone, Courmayeur, Checrouit, Arpette, Lac Combal, Col de la Seigne, Ville des Glaciers, Col de la Croix du Bonhomme, ND de la Gorge, Col de Voza, Chamonix. Ce qui donne au total 160km et 8000m de dénivelé positif (sur le papier).

Une première tentative mi-septembre 2017 a été annulé à cause de chutes de neige assez conséquentes... du coup nous avons reporté au 14 juillet 2018. C'était assez frustrant de ne pas avoir pu le faire en septembre car je me sentais bien physiquement, mais après réflexion c'était sûrement une bonne chose car il y avait pas mal de petits détails à régler.

Rendez-vous été donc prit le 14 juillet 2018. Il a donc fallu continuer à s'entraîner, peaufiner les détails, choisir le bon matériel... mais aussi travailler, s'occuper de sa famille et travailler dans notre nouvelle maison.

Avec l'expérience de mes années de coureurs et celle de mon métier d'entraîneur, je dirais que j'ai bien su gérer mon entraînement pour arriver prêt le jour J. Mes sensations n'ont fait que s'améliorer le mois précédent et j'ai même eu un pic de forme! Une petite course convivial dans le Ventoux 2 mois avant, le 100 Miles Sud Lozère en guise de test 5 semaines avant, voilà les 2 tests que je m'étais programmé pour me tester.

36

Matériel:

- j'ai fait le choix de prendre le tout dernier Specialized Epic Evo avec une paire de Roval Control SL. L'Epic Evo était pour moi le vélo idéal. Léger, rigide, bon descendeur grâce à sa fourche en 120mm, sa tige de selle téléscopique et son cintre large.

- Développement, une cassette 10/50 et un plateau de 30.

- Pour le départ et l'arrivée de nuit j'ai utilisé une lumière Specialized Flux.

- Tenue Specialized Atlas avec cuissard SWAT.

- Chaussures Specialized Expert.

- Casque Ambush.

- Sac à dos USWE Vertical 4.

43

L'équipe de suiveurs:

Le choix de l'équipe a été pour moi très important. Il fallait que j'ai des personnes en qui je pouvais être sûr de leur niveau physique/technique, en qui je pourrais compter de leur expérience pour me soutenir et m'encourager, mais aussi et surtout partager un excellent moment de ride dans le massif du Mont Blanc.

J'ai donc réuni, Alexandre Munoz, un ami et ancien coureur avec qui j'ai commencé le XC en Cadet. Mon petit frère Yoann Barelli, qui était essentiel dans l'aventure car je voulais vraiment qu'il soit présent. Guillaume Taupenas, un Trailer spécialisé dans les Ultra-Trail que je coach, et qui allait tout de même m'apporter toute son expérience. Et enfin Kévin Miquel, un autre athlète que j'entraîne depuis très longtemps. Et bien sûr Damien Rosso pour les photos mais aussi pour apporter son expérience avec François D'Haene sur les Trails et ses records.

Le Record

Je suis arrivé à Chamonix jeudi 12 juillet, soit 2 jours avant, histoire de prendre possession du chalet que l'on nous a gracieusement prêté pour le weekend, s'imprégner de la force de ses magnifiques montagne et de se reposer un peu au frais! Cela m'a permis aussi de repérer un peu le départ de Chamonix que je ne connaissais pas trop, la première montée et le départ de la 1ère descente.

Vendredi après-midi, toute l'équipe est au complet, Yo est arrivé de Whistler et même avec son vélo!

Du coup, toute l'équipe est au travail; on prépare les sacs (pharmacie, patte de dérailleur, outil, barres, eau...), on prépare aussi la nourriture (salade de pâtes, sandwichs, soupe, eau, coca,...), les vélos bien sûr. On ne dirais pas comme ça, mais c'est une sacrée organisation, surtout pour une première! et enfin un petit briefing où le mot d'ordre sera d'aller au bout peut importe le temps que je mettrais. Tout le monde est détendu, joyeux mais aussi un excité. Moi j'essaye de ne pas trop en faire et de rester calme.

A 22 heures tout le monde va au lit car la nuit sera courte! Personnellement je n'ai pas trop bien dormi... mélange d'excitation et de stress il faut le dire.

A 3h tout le monde debout. Au petit déjeuner, céréales, lait d'amandes, jus de fruits frais et une banane.

3h45, on part du chalet en vélo pour rejoindre l'église de Chamonix. Il fait bon, peut être 15° C et le ciel est partiellement couvert.

4h00 le départ de l'église de Chamonix est donné. Accompagné d'Alex nous nous élançons à la lueur de nos éclairages dans les rues de Chamonix au milieu des jeunes qui sortent de boîte. Les 2 premiers kilomètres se font sur la route avant de rejoindre le GR qui met directement dans le bain avec un bon pétard de quelques centaines de mètres mais qui réveille! Le sentier remonte la vallée et c'est un enchainement de montée/descente qui nous attend jusqu'à Argentière. Il faut faire attention de ne pas rouler trop fort sur ce genre de chemin car on a vite fait de trop en faire... A Argentière encore un peu de route jusqu'à la station du Tour (1400m). Arrivée au Tour on attaque le vif du sujet avec une montée sur piste à 18% de moyenne sur 2km! on monte sur un rythme le plus raisonnable possible (j'essaye de ne pas dépasser 80% de FC Max), Alex me tape la causette, lorsque soudain on se fait aboyer par 2 énormes Patou! bon même si ils n'étaient pas trop virulant, ça réveille quand même au cas où on ne l'était pas... A mi montée, le jour se lève et on peut éteindre les lumières. Nous arrivons au Col de Balme avec 15' d'avance sur le timing prévisionnel et déjà 1200m de D+ avalé. On prend le soin de manger une barre, enfiler une veste et on attaque la descente côté Suisse. Elle est assez cassante, j'assure et me concentre au maximum pour éviter tout problème. La fin de la descente est moins cassante mais il y a un enchaînement d'épingles assez sympa et on se fait bien plaisir !

Nous arrivons à Trient et nous remontons vers le col de La Forclaz. Là petit ravito express avec un mini sandwich, un peu d'eau et on repart dans la montée vers Bovine. Nous assistons à très joli levé de soleil sur ce petit sentier alternant pédalage, poussage, portage et pilotage. Les 600m de D+ passe rapidement. Le descente de Bovine est un peu similaire à la précédente, cassante et un poil plus technique sur la fin. Nous croisons les premiers marcheurs (pas forcément très sympathiques...). Le lac de Champex se présente devant nous pour un premier "vrai" ravito. Je prends le temps de manger et de m'hydrater avant de repartir vers La Fouly avec un enchainement de singles tracks, tout d'abord en descente puis en remontant la vallée le long du torrent et au pied des cascades et des glaciers. Cette partie est vraiment à couper le souffle.

A la Fouly, j'ai une demi heure d'avance, Alex a terminé son relais (55km et 2800m de +) et c'est Yo qui prend la suite. En route vers le Grand Col Ferret (2537m). La montée est dans un premier temps roulante sur une piste mais assez pentue où je connais un petit coup de mou. Arrivée à la Peule nous rejoignons le single qui monte quasiment en vélo jusqu'au sommet. Ce col est vraiment somptueux et on franchira les premiers névets encore présents en altitude. Je me sens mieux et on enchaîne dans la descente vers Arnouva. Dans la descente des pierres ont été placé verticalement pour limiter l'érosion en cas de pluie, je me manque sur l'un d'eux en sortie de virage et fait un petite chute sans gravité. Nous arrivons rapidement en bas et attaquons la petite remontée vers le refuge Bonatti. Comme je le faisais avec Alex, nous continuons de discuter avec Yo, ça permet de ne pas voir le temps passer mais aussi de réguler mon effort. De Arnouva jusqu'au refuge Bonatti, puis refuge Bertone puis Courmayeur, c'est prêt de 2 heures de singles tracks de toute beauté au pied des Grandes Jorasses, de la Dent du Géant et du Mont Blanc. Même si on reste entre 1950m et 2050m d'altitude ce single est vraiment casse pâtes avec une succession infini de coups de cul!

61

Après dejà plus de 9h d'effort nous arrivons dans Courmayeur, il fait chaud et lourd, et nous rejoignons le reste de l'équipe pour une bonne pause. La fatigue se fait sentir et je n'arrive pas trop à manger... j'essaye tant bien que mal... Après 20' d'arrêt, je repars avec Guillaume et avec un sac bien plus lourd car avec 3,5L d'eau et nourriture pour affronter le gros morceau de ce Tour du Mont Blanc, avec la montée de l'Arpette (2410m), le col de la Seigne (2516m) et le Col de la Croix du Bonhomme (2412m). On traverse le vieux Courmayeur et la montée commence. La pente est raide, il fait chaud et j'ai gros coup de mou! Plus de force, plus d'énergie! Je descends de vélo pour pousser car la pente est trop "forte". Chaque pas est énorme. J'ai l'impression d'avoir des poids aux pieds. De plus la montée sur cette piste est horrible. Pendant notre montée on peut voir le temps se gâter sérieusement et un vent de pluie commence à souffler. Cela me rafraîchit bien mais la météo m'inquiète... Nous arrivons à Checrouit, il commence à pleuvoir. La pente est toujours aussi raide, et j'alterne pédalage et marche. Au moment de quitter la piste et d'entrer dans le single, Guillaume casse un rayon et celui ci perce le fond de jante! Comme je ne suis pas au mieux et que ça monte encore un moment je dis à Guillaume de réparer seul pendant que j'avance... quelques minutes plus tard, je vois Damien (le photographe, qui était avec nous sur cette portion) et il me dit que Guillaume n'arrive pas à réparer! A ce moment là, dans ma tête tout s'effondre! j'ai un passage à vide, le temps est mauvais et mon suiveur a un ennui mécanique. Je commence à me dire que je n'irais pas plus loin, que ce n'est pas envisageable de partir seul, bien entamé, sur cette portion encore bien longue... bref, je continu d'avancer... j'arrive au sommet de l'Arpette un peu désorienté...et je vois Guillaume au loin arriver, ouf! mais du coup je ne sais plus quoi faire! Après quelques instants de doute, un peu de lucidité me dit de descendre au moins vers le Lac Combal car il fera moins froid. Au Lac Combal, j'attends Guillaume, je mange un peu, puis d'un coup je me dis "Aller, on y va et on finit". En une fraction de seconde mon cerveau, mon mental, mon corps sont passés en pilotage automatique. Je repars sur un gros rythme (un rythme d'après 13h de vélo ahahah), j'avance bien et on s'arrête prendre un peu d'eau à un refuge/musé juste en dessous du col de la Seigne. On nous propose gentiment du thé qu'on ne peut refuser. Il me fera tellement de bien. Nous repartons sans trop tarder. La descente de la Seigne est rapide et nous la faisons quasiment à bloc. C'est drôle, je me sens super lucide, pas trop fatigué et je n'ai même pas mal aux jambes! Au bas de la descente, Guillaume me dit qu'il est déjà 18 heures passé! Je réalise que mon coup de mou m'a coûté au moins 1h voir 2!!!

Nous attaquons le dernier gros morceau, le col de la Croix du Bonhomme avec prêt de 1000m de D+! Les 300 premiers mètres de dénivelé se passent sur le vélo, puis les 700 derniers en poussage et portage. J'avance pas mal, malgré quelques mini pause pour reprendre un de force. Nous passons le col vers 20h et je peux enfin me dire que le plus dur est fait! Nous attaquons le chemin, si on peut appeler ça un chemin tellement il y a de rochers, vers le col du Bonhomme. De là la descente commence réellement, et après une portion bien engagé nous arrivons sur un immense névets qui fait au moins 200m de long! Du coup passage en vélo obligatoire hiha! La descente est rapide malgré quelques endroits un peu chauds... Nous arrivons à Notre Dame de la Gorge pour le dernier passage de relais avec Kévin.

Les gars ont acheté quelques bonnes choses, poulet, fromage de pays... et du coup j'ai vraiment faim! je mange un peu de tout ça, de la soupe aussi, mais je ne veux pas m'attarder car la nuit tombe! On repart rapidement, et le fond de vallée vers les Contamines se fait bon train. Quelques gouttes se font sentir et on ne tarde pas à comprendre que l'on va se faire rincer! En effet quelques instants plus tard, un véritable déluge s'abat sur nous pendant au moins une demi heure! Nous avançons à la lueur de nos lampes sur un chemin qui ressemble par endroit à un torrent. L'ambiance est aussi très électrique avec de beaux éclairs qui déchirent la nuit et éclair la forêt. En arrivant à Bionnassay la pluie cesse enfin et nous entamons le dernier col, le col de Vozza, pas très long mais à nouveau avec une grosse pente qui m'oblige de descendre de vélo.

Kévin m'encourage et nous passons le col dans le brouillard, on cherche un peu le chemin... et la descente avec la vue sur Chamonix qui est tout éclairé s'offre à nous. Les Houches, puis direction Chamonix pour afin atteindre l'église, 19 heures 19 minutes et 40 secondes après mon départ ce matin même. Quelle joie et quelle délivrance! je sers dans mes bras mes 4 compagnons et on se met à rire de cette sacré journée où nous avons tout connu! sauf la neige...

113

Nous avons terminé la soirée tranquillement au chalet, en mangeant quelques pizzas et en buvant une bonne bière avant de mettre au lit. Guillaume m'avait prévenu, et effectivement j'ai très très mal dormi!

C'était pour moi un objectif immense d'y parvenir et de voir où mon mental pourrais m'emmener. Car avant d'être un effort physique hors du commun, il faut savoir que votre mental vous fera aller où vous voulez qu'il vous emmène. Aujourd'hui, à 36 ans, après des années de XC à haut niveau, j'ai enfin compris cela.

Cette expérience était extraordinaire et je remercie toutes les personnes qui y ont contribuer, à commencer, par ma femme Estelle, mes enfants qui étaient dans mon coeur et dans mes jambes à chaque seconde, mes suiveurs Alex, Yo, Guigui et Kév, Damien, Billy et toute l'équipe de SPECIALIZED France, USWE, SUUNTO, PERKIERFOODS et KOOKABARRA et enfin Joss pour le prêt de dernière minute du chalet.

  

Diagonale des Fous: Interview Guillaume Taupenas (75ème scratch en 32h59')

  • Guillaume, peux-tu te présenter?
 
Guillaume Taupenas j’ai 38ans, marié et papa de 2 garçons je vis et travaille à Rochefort du Gard ou je suis opticien depuis 2006.
 

  • Depuis quand pratiques tu le trail et que faisais tu avant?
J’ai toujours fais beaucoup de sport depuis l’enfance, j’ai commencé par le foot jusqu’à l’âge de 20ans en parallèle vers l’âge de 13ans j’ai démarré le x-country que j’ai pratiqué à un bon niveau régional et quelques top 10 en coupe de France junior.
A 20ans alors que j’étais en fac de sport on m’a décelé une hernie discale qui m’a obligé à stopper le sport et la fac, suite à ma reconversion j’ai arrêté le sport pendant presque 10ans jusqu’en 2005 où nous avons préparé et participé à la Cape Epic avec mon papa. Suite à cela j’ai découvert l’enduro vtt en 2010 qui m’a permit de me remettre plus sérieusement à l’entraînement pour participer aux enduro series.
En janvier 2014 suite à un pari je décide de m’inscrire à la diagonale des fous et de me mettre au trail...tout part de là...janvier 1er trail de 30km, mars un 60km, juin un 115km et en octobre 2014 la diagonale (terminée en 53h à la 600eme place dans des conditions terribles 180km pour 11000D+ avec pluie la nuit et canicule le jour)

  • En août 2015 tu m'as contacté pour un coaching. Comment t'es venu l'idée de me contacter et faire appel à un coach "spécialisé" dans le Vélo pour t'entraîner en trail?
 
Je te connaissais par tes résultats d’athlète, et tu entraînais Yannick Pontal avec qui je partageais pas mal de séances vélos à l’époque. Nous nous sommes croisés sur une liaison à l’enduro series de Blausasc, le feeling est bien passé avant tout, l’effort étant sensiblement identique sur un xc marathon et sur un trail je n’ai pas eu de doutes sur ta capacité à pouvoir m’aider.
L’idée « d’apprendre » ensemble aussi me plaisait bien, j’aime échanger.
 
  • Qu'est-ce que tu aimes et qui te convient dans ma manière de te coacher?
 
C’est ce que je viens de dire, on avance ensemble tu es vraiment à l’écoute et disponible pour adapter au mieux les séances en fonction de mon emploi du temps, de ma forme ou de mon envie ?.
J’aime aussi que que tu sois raisonnable et envisage le moyen terme avec une progression régulière.

  • Revenons sur la Diagonale des fous, ton Objectif 2017, qui a eu lieu il y a quelques jours... Comment cela s'est passé?
 
La diagonale....j’avais une revanche à prendre, je m’étais d’abord juré de ne plus y revenir mais c’est une épreuve tellement extraordinaire que l’on y repasse forcément. Cette année je voulais avant tout finir comme chaque ultra mais cette fois j’avais 3 objectifs liés les uns aux autres (faire 35h, top 100 et ne pas dormir).
J’avais des doutes quand à ma capacité à les réaliser, finalement avec une bonne préparation et une bonne gestion je termine 75eme/2700 en 32h59, sans dormir ?
Et surtout je finis la course en trombe et réalise très certainement le record sur la dernière descente!!!
 
Guillaume Diag 2017

  • Avez tu une stratégie de gestion de course?
 
Bien sûr, en ultra c’est capital, la moindre erreur en début de course se paie cash par la suite et se compte en heures à l’arrivée. J’avais décidé de partir plutôt tranquillement jusqu’au km68 à cilaos puis de traverser le terrible cirque de Mafate le plus « proprement » possible pour pouvoir sortir au Maido km115 relativement frais et pouvoir envoyer ce qu’il reste sur la fin de parcours.
C’est à peu près ce qu’il s’est passé puisque je sors du Maido assez en forme mais un coup de froid et le manque de sommeil m’ont fait subir jusqu’au km145....les 20 derniers ont étés supers avec le print final sur les 10 derniers pour passer sous les 33h.
 

  • Nous avons pas mal bouleversé tes habitudes d'entraînements ses derniers mois, est-ce que cela a était bénéfique pour toi?
 
Oui, j’ai énormément progressé et prit du plaisir, j’aime beaucoup les entraînements sous forme de blocs avec beaucoup de volume sur 3/4 jours j’ai découvert aussi la pliométrie qui permet de faire un travail très efficace sur des séances courtes avec un gain énorme de puissance en côte et de résistance en descente.
Par contre j’ai toujours du mal à prendre du plaisir sur les séances de PPG même si je connais leur importance.
 

  • Tu as 38 ans, tu es un "jeune" pratiquant en trail, comment vois tu la suite et quels sont tes prochains objectifs?
 
Je veux encore progresser, c’est toujours difficile pour moi de me projeter juste après une grosse course il faut que je réfléchisse à mon programme 2018....Mais ce sera toujours avec Perfoptimal

 


 

10 au 12 mars 2017

Stage de Préparation Epic Enduro

13 participants au prochain Epic Enduro (16 avril 2017) ont répondu présent pour un stage de préparation à cette compétition hors norme.

En effet, nous nous sommes réunis durant 3 jours pour prendre la température des lieux et se rendre compte des difficultés physiques et techniques du parcours.

 1070992-copie

P1080026-copie

P1080097-copie

 1080482-copie

 1080482-faby

 1080482-xavier

 1080519-copie

 1080529-copie

Rendez-vous le 16 avril prochain pour affronter ce monument et essayer de boucler l'intégralité du parcours dans le temps imparti!


 

05/03/2017

Résultat du weekend:

Cochon'duro:

  • Sébastien Claquin 2ème
  • Baptiste Gaillot 5ème
  • Tom Garcia 9ème
  • Julien Rimbaud 62ème

Dolcenduro:

  • Kevin Miquel 5ème

Ultra Trail du Vigan:

  • Guillaume Taupenas 5ème

 

Bravo à eux! La saison est lancée!

 


 

25/07/2016

Irénée Menjou: Première!

Ce weekend avait lieu la 4ème manche de Coupe de France dans la station des Orres. Après un début de saison plein de progrès et très prometteur, Irénée Menjou s'impose pour la 1ère fois en Coupe de France!

Irénée Menjou, jeune Pyrénéen issue de la DH, s'est mis 100% à l'enduro pendant l'hiver et à choisit Perfoptimal pour l'aider dans sa préparation physique. Après quelques mois à se régler, il a rapidement trouvé le bon rythme et signe une excellente performance avec cette victoire.

 

Irénée fait coup double ce weekend en prenant la tête du classement général de la Coupe de France! Rendez vous dans 2 semaines à Samoëns pour la finale, et peut-être succéder à Sébastien Claquin (autre athlète Perfoptimal) ayant remporté la Coupe de France 2015...

A noter aussi la 15ème place en Junior d'Hugo Domenech qui pointe au 7ème rang du classement général junior.

WAIT AND SEE...

 


 

18/05/2016

Enduro World Series #3 Wicklow (Irelande)

Sébastien Claquin prend la tête du classement U21, Bryan Regnier 11ème au général scratch et Yoann Barelli 5ème au général scratch!

Les athlètes Perfoptimal auront réalisé des performances solides ce weekend à Wicklow (Irelande) pour la 3ème manche des Enduro World Series. A commencer par Sébastien Claquin, car même diminuer par une blessure au poignet il parvient à accrocher une 4ème place en U21 et prend la tête du classement général en U21. Ensuite Bryan Regnier, malgré 3 chutes termine encore une fois dans le top 20 à la 18ème place et remonte grace à sa régularité à la 11ème place du classement général. Enfin Yoann Barelli réalise une course très concistante et termine à la 7ème place, ce qui le met en 5ème position au classement général.

                                 seb wicklow Sébastien Claquin - Spéciale 5

DF2Q4495

Bryan Regnier - Spéciale 6

yo wicklow race

Yoann Barelli - Spéciale 7

 

Aussi, pour son 1er Enduro World Series, Kévin Miquel a montré tout son potentiel! Malgré 2 crevaisons, il a réalisé d'excellents chronos et aurait sûrement pu terminer dans le top 30 dès sa première World Series! A noter enfin la très bonne place de Yannick Pontal, 47ème scratch.

kev wicklow

Kévin Miquel - Spéciale 1


 

01/05/2016

ALL-MOUNTAIN CHALLENGE - Un podium pour Aurélie Grosse

Ce weekend a eu lieu une course originale du côté de Millau, mélant VTT enduro et Cross-country. A ce jeu là Aurélie a su tirer son épingle du jeu en décrochant une excellente 3ème place!

Cette compétition de VTT originale s'est couru en 2 jours: samedi une épreuve d'Enduro et dimanche un cross-country avec départ par handicap en fonction du classement de la veille. La course du samedi fu particulièrement difficile avec des chutes de neige et de la pluie, se qui a rendu le terrain extrêmement glissant... Malgré ces conditions, Aurélie pointait à la 4ème place du classement femme le samedi soir. Au jeu des coéficients de départ du dimanche, elle s'est élancée à la poursuite du podium avec prêt de 8' de retard! L'entraînement de ses dernières semaines a bien payé, puisqu'elle parvient à refaire son retard et termine à une très belle 3ème place!

aurelie AMC

 


 

24/04/2016

Ultra Trail du Pas du Diable - Guillaume Taupenas en grande forme!

C'était le premier objectif de Guillaume pour cette année 2016 et il est arrivé au top de sa forme la Jour J pour terminer 9ème au scratch de cet Ultra Trail de 122km et 6700m de D+!

Malgré une petite "gastro" en début de semaine (preuve qu'il était en forme et affûté), Guillaume était au meilleur de sa forme samedi matin pour le départ de ce 1er Ultra de l'année.

13043252 10154110727493769 184305375533048570 n